La Voix du Nord veut-elle tuer son journal papier ?

, par Club de la presse Nord - Pas de Calais

178 postes supprimés dans toutes les strates de l’entreprise mais aussi un journal papier réalisé avec les articles de la veille : en révélant le contenu du CE extraordinaire, le journal des Echos a jeté un pavé dans la mare éditoriale de La Voix du Nord.

JPEG - 67.7 ko
Les rotatives datent de l’année 2008

Lors de ce CE prévu le 10 janvier devrait être présenté un plan social, entérinant ainsi la rumeur qui courait depuis plusieurs mois. Ce projet aurait pour but de supprimer 178 postes sur les 710 salariés que compte le journal. Des départs volontaires ou en pré-retraite ainsi que des reclassements dans d’autres sociétés du groupe devraient être proposés par la direction aux salariés concernés.

Ce PSE, qui devrait durer 2 ans, irait de pair avec une réorganisation complète du journal, la direction souhaite en effet tout miser sur le numérique pour enrayer la baisse du chiffre d’affaires. Certaines éditions fusionneraient et de nouveaux bureaux seraient ouverts pour alimenter le site web. La Voix du Nord se séparerait même de l’une des quatre rotatives achetées en 2008, ce qui confirmerait que le papier n’est plus la priorité du titre régional. L’article des Échos annonce même que « la version papier du lendemain [sera] faite des papiers les plus lus sur Internet ». Lorsqu’ils recevront leur journal du matin, les abonnés, bénéficiant la plupart du temps d’un accès numérique, auront déjà eu l’occasion de lire la veille l’ensemble des articles qu’il contient. La version papier risquera alors de perdre de son intérêt et d’entraîner à nouveau une diminution du tirage.

Malgré des innovations comme la nouvelle formule de La Voix des Sports en septembre 2015 ou la publication quotidienne en ligne de « La Voix Eco » depuis mai 2016, l’érosion du nombre de numéros vendus quotidiennement n’a pas été stoppée. De 285 000 exemplaires payés en moyenne en 2008, le journal est passé à 235 000 en 2013, puis à 225 000 en 2015. Selon une source syndicale citée par France Info, La Voix du Nord resterait malgré cela l’organe de presse le plus rentable de la PQR française avec un résultat net de cinq millions d’euros.

Lire l’article des Echos

JPEG - 110.9 ko
Le plateau rédactionnel de 1400 m2 sur la Grand Place à Lille a été réalisé en 2012

Le Front National Schizophrène

Le Front National, en la personne de Steve Briois, profite de cette annonce pour continuer de régler ses comptes avec le quotidien régional. Dans un communiqué de presse, le Vice-Président du Front National et Maire d’Hénin-Beaumont, explique la baisse des ventes de La Voix du Nord par la « ligne éditoriale qui s’est radicalement politisée ces dernières années ». Après Pascal Wallart, rédacteur en chef de l’agence locale, le nouveau bouc émissaire de l’édile municipale est le directeur des rédactions Jean-Michel Bretonnier.

Steve Briois sous-entend que l’unique raison pour laquelle La Voix se vend moins serait sa prise de position contre la candidature de Marine Le Pen durant les régionales de 2015 et contre le FN en général. Selon lui, le média ne ferait plus du journalisme mais « du militantisme rebutant ». En clair, il reproche aux éditorialistes de la Voix de donner leur avis et de n’être pas d’accord avec lui.

Au même moment, Marine Le Pen tenait un discours diamétralement opposé lors de ses vœux à la presse. La présidente du Parti y a affirmé « reconnaître, et même défendre », la liberté de la presse et le droit qu’ont les journalistes et éditorialistes à donner leur opinion. « Cette liberté de la presse est un élément consubstantiel de la démocratie » a-t-elle poursuivi avant de regretter que la France soit passée de la 38ème à la 45ème place dans le classement établi par Reporters Sans Frontière.

Peut-être aurait-elle du prévenir Steve Briois ?



 

 

 

La Vie du Club

Le Club de la presse recherche un stagiaire en communication


Le Club de la presse Nord – Pas de Calais recherche un étudiant dans le domaine de la communication pour un stage à temps plein

Missions :
- Assister le service communication du Club
- Participer à la mise à jour de l’annuaire
- Prendre part à l’organisation des conférences de presse et événements du Club (relations, presse, invitation, communiqué, dossier de presse et autre support de communication).


Pourquoi adhérer au Club de la presse ?


Le Club de la presse a changé sa façon de gérer les renouvellements d’adhésions qui se feront désormais à date fixe au mois de juin. Donc, si votre dernier paiement date de 2015, il est temps de renouveler votre adhésion (dont le tarif n’a pas changé).

Pour le Club de la presse, chaque adhésion est importante pour mener à bien tous ses projets d’animation de la filière professionnelle et de sensibilisation aux médias grand public. Pour ses adhérents, le Club de la Presse a imaginé un service exclusif résumé en 12 raisons d’adhérer au Club. Pourquoi adhérer au Club de la presse Nord-Pas-de-Calais ?